Médiathèque de l'architecture et du patrimoine - Diffusion RMN

Haras national du Pin. Cheval dans la cour des écuries, par François Kollar, vers 1935. Le Figaro illustré, juin 1935

Le « Versailles des chevaux », comme on l’appelle, a été conçu entre 1715 et 1736 à la demande de Louis XIV. À l’époque, il était désigné par le nom de haras d’Exmes (conséquence de la présence du Buisson d’Exmes, près d’Argentan, terres sur lesquelles il fut conçu). Son intérêt : produire des chevaux de qualité pour la remonte militaire et la Maison du Roi à Versailles. Mais à l’époque, il n’était pas encore question de « races » homogènes et contrôlées, davantage de « types » de chevaux. Ainsi, le « beau cheval » se distinguait du « cheval manqué, pour l’usage des gens de la campagne », d’après le marquis de Brancas. La surveillance des naissances, la sélection des individus reproducteurs et des mères permettaient ainsi de contrôler la qualité des chevaux. Il fallait bien que l’écrin de ce lieu rappelle la grandeur du souverain. Aujourd’hui, quatre races confèrent son identité aux lieux : le percheron, le selle français, le trotteur français et le pur sang anglais.