Collection : musée Fragonard de l'École nationale vétérinaire de Maisons-Alfort / Photo Olivier Jourdanet / MCC

Moulage en cire de l’œil du cheval, par Eugène Petitcolin, vers 1890

La cire a été très utilisée en anatomie humaine. Elle a été en revanche délaissée dans le domaine de l’anatomie animale du fait de sa grande fragilité, de la difficulté de son maniement et de l’absence de nécessité de rendre, comme chez l’humain, le teint blafard de la peau du cadavre.